MUSEUM de Toulouse

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Vous êtes ici :

MUSEUM de Toulouse - Exposition RAPACES du 11 octobre 2017 au 29 avril 2018.

 

 

 

 

Gaëlle Cap, est chargée de projets d'exposition. Elle travaille depuis un an sur l'exposition RAPACES qui ouvre le 11 octobre 2017 au muséum de Toulouse. [lien agenda]

image

Parce que la collection de rapaces naturalisés exposés est exceptionnelle.

61 spécimens seront présentés pour l'exposition dont 18 ont été naturalisés à cette occasion ! Le Muséum de Toulouse possédait déjà une importante collection de rapaces naturalisés au cours des XIXe et XXe siècles.

Durant la période de refondation du Muséum, l'établissement a également mis en place des partenariats avec des organismes comme l'ONCFS (Office National de la Chasse te la Flore Sauvage) ou la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement), qui lui permettent de récupérer des dépouilles d'animaux décédés de mort naturelle.

Nous pouvons donc montrer une très belle diversité d'espèces avec les collections anciennes mais aussi des spécimens rares ou exotiques qui nous ont été prêtés par le musée zoologique de Strasbourg comme l’aigle Harpie (Harpia harpyja), le plus grand et plus puissant rapace du continent américain. Mangeur de singes, la légende dit qu'il enlèverait même les bébés humains…! D'autres rapaces viennent également compléter nos collections à l'instar du Condor ou encore du pygargue de Steller, l'un des aigles les plus beaux qui soit,

De plus, les naturalisations récentes montrent de véritable scènes de prédation où sont présentées différentes espèces de rapaces, en action de chasse, comme piégées par un instantané photographique…., elles sont époustouflantes par leur esthétique et réalisme ! [lire Comment naturalise-t-on les rapaces] En fait, les rapaces font partie de notre vie mais en toute discrétion. Nous en voyons pourtant régulièrement en haut des poteaux téléphoniques observant le bord des routes ou dans le ciel, mais avons peu l'occasion de les voir avec autant de détail !

image

L’ Aigle Impérial en cours de naturalisation

Parce que ce n'est pas qu'une exposition naturaliste

La richesse culturelle associée aux rapaces est énorme ! Dans toutes les civilisations. Il était important de faire voyager le visiteur également dans ce monde fantastique. Le bestiaire mythologique des rapaces foisonne, il est présent tout au long de l'exposition ainsi que sous la forme d'un conte (disponible à l’écoute via la Visite Mobile NDRL).

Les rapaces incarnent l'évasion, la liberté. L'altitude, le ciel, la montagne sont au coeur de l'exposition que nous avons voulu comme une respiration… Dans un dispositif quasi immersif (écran incurvé à 180­°), les visiteurs pourront visionner les images d'une caméra embarquée à dos d'aigle dans les Pyrénées… C'est vraiment sensationnel !

 

Parce que c'est l'occasion de découvrir la beauté du patrimoine toulousain

Pour la première fois, plusieurs objets issus des musées locaux seront réunis. Par exemple,  une statuette grecque représentant Ganymède enlevé par Zeus métamorphosé en aigle provenant du musée Saint-Raymond ou encore une sculpture en bronze représentant un magnifique faucon évoquant le dieu Horus issue du musée Georges Labit. Ces objets, d'une grande délicatesse, sont une richesse indéniable du patrimoine toulousain dont je ne connaissais moi-même pas l'existence !

Une des pièces majeures exposées est une sculpture en bronze de Bourdelle, sculpteur originaire de Montauban, en provenance du Musée Ingres. Elle représente Hannibal qui, dans sa jeunesse, s’empara d’un aigle qu’il étouffa contre sa poitrine au terme d’un combat cruel. Dans cette œuvre, Bourdelle a représenté de façon magistrale et parfaitement fidèle l’anatomie de l’aigle comme le geste victorieux du jeune garçon.

image

La victoire d’Hannibal, Bourdelle, musée d’ingres, Montauban

Un petit mot pour la fin ?

J'aurais pu sous-titrer cette exposition « Surprises ». Je ne suis pas de formation naturaliste et tout au long de cette préparation, je n'ai cessé d'être saisie par tout ce que j'apprenais. Les capacités extraordinaires de ces oiseaux nous renvoient à nos propres facultés. Leur vision, leur audition sont exceptionnelles !

Et lorsqu'on confronte les possibilités humaines à celles des rapaces, on se rend compte que même si nos sens sont moins aiguisés, notre cerveau nous permet de rivaliser avec eux sans rougir en traitant les informations qu'il reçoit !